TMG-The Master Genealogist

Publié le novembre 20, 2016 dans Logiciels

TMG-The Master Genealogist

En 2000, j’ai choisi TMG pour remplacer Reunion for Windows que j’utilisais alors depuis 2 ou 3 ans. J’ai donc repris mes données généalogiques avec la version 4 de TMG et j’ai continué à les enrichir avec les versions successives de ce logiciel, jusqu’à la version 9 que j’utilise maintenant.

L’utilisation de ce logiciel créé par Bob Velke et commercialisé par <strong »>WhollyGenes me satisfait toujours aujourd’hui. Mais depuis que Bob Velke a annoncé l’abandon des évolutions de TMG à partir de la fin 2014, j’ai décidé de me préparer à une migration de logiciel en choisissant Gramps comme nouveau programme de gestion de mes données généalogiques.

A l’époque de mon choix, The Master Genealogist était à mes yeux le plus complet et le plus paramétrable des logiciels de généalogie du marché. Bien que n’étant pas destiné à des débutants, TMG est resté malgré tout un logiciel dont l’utilisation est assez simple. Il permet d’ailleurs un apprentissage progressif de ses fonctionnalités les plus sophistiquées (en principe, les moins fréquemment utilisées).

TMG est depuis des années le logiciel le plus souple, le plus complet et le plus performant pour l’enregistrement des informations relatives aux sources et pour la gestion des projets de recherches, et notamment pour la flexibilité de manipulation des données, le suivi des recherches et la personnalisation des rapports.

TMG ne compte qu’un très faible nombre d’utilisateurs en France (personnellement, je n’en ai jamais rencontré un seul).

Les utilisateurs de TMG dans le monde se répartissent ainsi: USA 75%; Norvège 9%; Royaume-Uni 8%; Australie, Canada, Pays-Bas, Mexique et Belgique : 1% chacun

Conçu au cours des années 1980 dans un environnement FoxPro qui est aujourd’hui dépassé, TMG n’a pas subi la profonde refonte qui aurait été nécessaire pour en faire un logiciel des années 2010 en s’appuyant sur une base de données plus perfomante et sur une interface utilisateur plus conviviale. Cette absence de refonte globale a probablement empêché l’ajout au produit de nouvelles fonctionnalités trouvées aujourd’hui dans des logiciels concurrents.

Les lacunes de TMG sont surtout liés à l’import et à l’export des données généalogiques. Ces fonctions ont d’ailleurs été dévolues à GenBridge, un logiciel complémentaire commercialisé séparément de TMG. Quant à la génération de pages web, c’est SecondSite, un autre logiciel associé à TMG, qui est souvent utilisé dans ce but.

J’ai donc choisi de réaliser une migration de mes données généalogiques de TMG vers Gramps. Mon projet ne présente aucune urgence car TMG me rend toujours les services que j’en attends même s’il n’évolue plus. Il faut surtout que je m’assure de pouvoir exporter et importer mes données généalogiques sans perte d’informations entre les deux logiciels. Une difficulté particulière sera la réintégration des informations relatives aux témoins des événements qui ont été longtemps des données spécifiques de TMG. Par chance, la dernière version de TMG permet d’exporter au format Gedcom les données relatives aux témoins, mais avec des codes qui sont inconnus dans la norme Gedcom 5.5.

Les dérogations au standard Gedcom sont la source des problèmes d’échange de données entre logiciels. Les interprétations des codes existants dans le standard ou l’utilisation de codes spécifiques entrainent des risques de perte de données en passant d’un programme à un autre. Dans ce cas et pour éviter la perte d’informations, il faut s’assurer que le logiciel récepteur soit capable de gérer ces informations particulières à transférer, et il faut disposer d’une interface logicielle qui assure une conversion des données entre l’export du programme source et l’import dans le programme destinataire. Cette conversion est possible quand elle est déjà prévue dans le logiciel destinataire, ou quand un outil externe existe pour la réaliser. Et si cet outil n’existe pas, il ne reste que la solution de le développer ou d’admettre la perte des données concernées. Une dernière possibilité étant de réintégrer manuellement ces informations dans le nouveau logiciel.

Dans mon cas, j’ai rencontré deux problèmes lors de mes tests d’import Gramps de données Gedcom issues de l’export TMG:

  • non prise en compte des témoins d’un événement (code _SHAR @id@ et ROLE associé non reconnus pour un événement)
  • non prise en compte des dates, des sources et des objets multimedia associés aux notes (codes _DATE, SOUR et OBJE non reconnus sous le niveau NOTE)

TMG version 9 fonctionne actuellement correctement sous Windows 10, et il devrait donc pouvoir fonctionner sans ennuis pendant quelques années. Ce délai me permet d’attendre l’apparition d’une possible solution d’export-import sans faille des données issues de TMG vers un logiciel tel que Gramps.

Parallélement, j’ai prévu de continuer à gérer la génération de pages web avec le logiciel Webtrees, comme je le fais depuis plusieurs années.

Images TMG

En savoir plus