Corniéville

Publié le novembre 19, 2016 dans Lieux

Corniéville

Situé à dix kilomètres à l’est de Commercy, Corniéville est un village-rue meusien typique de la campagne lorraine avec ses maisons serrées les unes contre les autres de chaque côté d’une large rue qui traverse le village dans toute sa longueur.

Au XIXème siècle, cette artère principale du village s’appelle successivement rue du Défour ou rue de Reugnon, puis Grande Rue.

Les autres rues qui structurent le village sont la rue de l’Eglise, la rue de la Fontaine et la rue de la Côte. Toutes ces rues portent d’autres noms aujourd’hui. La rue principale est appelée de nos jours rue de la Reine.

A l’écart du village, le hameau de Rangéval fait partie du village avec son abbaye et ses tuileries, la neuve et l’ancienne. Chartonville, rue du Val, rue de l’Abbatiale et une maison forestière sont des lieux qui composent le hameau. L’abbaye est supprimée à la Révolution et l’exploitation des tuileries a cessé un peu avant 1930.

Depuis 1973, Corniéville est regroupé avec Jouy-sous-les-Côtes et Gironville-sous-les-Côtes pour former la commune de Geville.

Jean Lagravière s’installe à Corniéville en 1824 après son mariage avec Marie Catherine Jacquot. C’est un vigneron originaire du village voisin de Jouy-sous-les-Côtes et on le trouve maçon à Corniéville quelques années plus tard. Entre 1841 et 1851, il s’intsalle avec sa famille dans une maison de la rue basse du Défour. Cette maison est celle qui sera ensuite occupée par la famille de son fils Nicolas Eugéne entre 1856 et 1881, puis par celle de Prosper et Alphonse Lagravière, les fils de Nicolas Eugéne entre 1886 et 1921. Resté célibataire, Alphonse habite la maison avec la famille de son frère, Prosper qui a épousé Anna Maria Michel, fille de Jean Nicolas Michel, charron à Corniéville depuis 1856. Entre 1856 et 1897, Jean Nicolas Michel et sa famille ont occupé une maison de la rue de Reugnon. En fait, en consultant les listes de recensement du village on se rend compte que la rue principale était appelée rue de Reugnon pour les habitations implantées du côté nord et rue du Défour pour les maisons du côté sud de cette même rue.

La population de Corniéville (1836-1931)

  • 1836 : 419 habitants
  • 1841 : 425 habitants
  • 1846 : 440 habitants
  • 1851 : 454 habitants
  • 1856 : 392 habitants
  • 1861 : 404 habitants
  • 1866 : 422 habitants
  • 1872 : 406 habitants
  • 1876 : 432 habitants
  • 1881 : 411 habitants
  • 1886 : 420 habitants
  • 1891 : 366 habitants
  • 1896 : 345 habitants
  • 1901 : 307 habitants
  • 1906 : 314 habitants
  • 1911 : 283 habitants
  • 1921 : 242 habitants
  • 1926 : 221 habitants
  • 1931 : 192 habitants

Prosper Lagravière est mon arrière-grand-père maternel En découvrant dans un album familial une photo au dos de laquelle on peut lire ‘Adolphe Lagravière, 18 mai 1915, Corniéville’, j’ai d’abord pensé avoir trouvé la maison des Lagravière de ma famille. Mais une visite à Corniéville m’a permis de situer cette maison au 57 de la rue de la Reine, un peu à l’écart de celle que les recensements indiquent. Alors pourquoi cette photo a-t-elle été conservée dans les archives familiales ? Je pense qu’il est possible que cette maison ait été construite par Jean Lagravière ou par son fils Eugène Nicolas, tous deux maçons dans ce village. Une nouvelle consultation des archives permettra probablement d’éclaircir ce mystère.

Maison du 57 rue de la Reine en 1915 et aujourd’hui